Appareils de mesures des CEM

L'expertise des pollutions électro-magnétiques d'une habitation (ou d'un lieu) nécessite l'emploi de matériel adéquate.

La vidéo suivante présente un kit d'appareils (non exhaustif cependant) afin de détecter le champ électrique (E) basse fréquence, le champ magnétique (B) basse fréquence, et la densité surfacique de puissance (DSP).

Pour les relations mathématiques entre ces paramètres, voir notre article : http://pollution-électromagnétique.fr/theorie/relations-mathematiques-entre-unites-das
Video
Dans cette vidéo, les appareils présentés sont notamment:
  • appareil de mesures des hautes fréquences HF59B - fréquences de 27 MHz à 2,5 GHz
  • appareil de mesure des très hautes fréquences HFW59D- fréquences de 2,4 GHz à 10 GHz
  • ohm-mètre de boucle pour la mesure de la prise de terre
  • multmètre de précision
  • détecteur de radio-activité (béta, gamma, rayons X)
  • champ-mètre 0-100 kHz pour mesure le champ électrique basses fréquences
  • gauss-mètre pour la mesure du champ magnétique basses fréquences
  • compteur d'ions négatifs et positifs

Pour les différentes gammes de fréquences susceptibles d'être rencontrées dans nos habitations, nous vous renvoyons à l'article suivant : http://pollution-électromagnétique.fr/theorie/le-magma-des-frequences

Lien de la vidéo.

 

ImprimerE-mail

Antenne relais - Mesure du champ d'ondes

introduction
Les antennes relais sont des sources d'émission d'ondes électro-magnétiques. Il serait logique de penser que plus on s'approche de l'antenne plus l'intensité du champ électro-magnétique augmente. Nous avons effectué, le 27 mars 2016, des mesures de champ électro-magnétique autour d'une antenne relais à l'aide d'un détecteur de champ (type Gigahertz HF59B), muni d'une antenne uni-directionnelle. L'appareil permettant de mesurer les champs oscillants entre 27 MHz et 2,7 GHz. Toutes les mesures ont été réalisées sur la même période, l'appareil en position horizontale et à hauteur de cœur. Ce sont les valeurs de pic sur 30 secondes qui ont été retenues. Les mesures correspondant à des densités surfaciques de Puissance (DSP) qui sont donc une intégration des champs électriques et magnétiques. voir notre article : http://pollution-électromagnétique.fr/theorie/relations-mathematiques-entre-unites-das.
L'antenne analysée relaye les réseaux Orange, SFR Bouygues et le réseau hertzien :
  • Orange : réseau UMTS (890 -> 1980 MHz) + réseau GSM (890 -> 947 MHz) ;
  • Sfr : réseau UMTS (905 -> 2155 MHz) + réseau GSM (904 -> 1853 MHz) + réseau LTE (801 ->2635 MHz) + Hertzien (38,5 -> 39,5 GHz) ;
  • Bouygues : réseau UMTS (935 ->1935 MHz) + réseau GSM (935 -> 1758 MHz) + LTE (832 -> 1785 MHz) + Hertzien (12,7 -> 25,2 GHz).
Notre appareil n'a pas été équipé d'antenne pouvant capter le réseau hertzien mais seulement les fréquences de téléphonie UMTS - GSM - LTE (4G)
Observations
L'observation des valeurs est consignée sur la figure ci-dessous. L'antenne est au centre de la figure. On peut observer:
  • les valeurs les plus proches de l'antenne sont relativement faibles, ceci est dû au fait de la dispersion de l'onde autour du centre d'émission (sous forme de cône pour simplifier voir la figure ci-contre), de ce fait à proximité immédiate de l'émetteur, nous sommes quasiment en dehors du lobe d'irradiation principal. Pour être en sécurité vis à vis des ces antennes, il faudrait donc vivre en dessous ! ;-), ce qui n'est pas esthétiquement idéal...
  • les valeurs de répartition ne sont pas concentriques autour de l'antenne, en effet la végétation joue un rôle d'écran, les zones sous couvert de végétation (au nord et à l'ouest) de l'antenne montrent des valeurs amoindries. On notera toutefois que toutes les valeurs sont "fortement significatives" voire "extrêmement significatives" au sens des recommandations de la baubiologie, elles sont systématiquement supérieures à 10 μW/m2 http://pollution-électromagnétique.fr/normes/normes-françaises.
  • Ainsi, des valeurs de plus de 1000 μW/m2 sont présentes dans un rayon de plus de 500 m autour de l'antenne, notamment au niveau des habitations visibles au nord ouest de l'antenne. cette valeur constitue le seuil à ne pas dépasser annoncé dans le rapport bio-initiative 2012 (voir notre article sur les normes : http://pollution-électromagnétique.fr/normes/normes-françaises.
  • Heureusement, ces valeurs peuvent être atténuées dans les habitations, toutefois a minima les personnes présentes notamment dans leurs jardins, sont systématiquement soumises à ces champs électro-magnétiques.
Des études montrent la nocivité de ces antennes relais sur la santé, notamment le lien direct existant avec l'augmentation des décès par cancer (prostate, sein, poumon, rein, foie...), voir l'article ici : http://caroc.a.c.f.unblog.fr/files/2011/07/bresilunenouvelleetudeprouveleliende4924decesparcanceraveclirradiationdesantennesrelaisdetelephoniemobile28072011.pdf. A moins d'habiter juste en-dessous de l'antenne, il vaut mieux chercher à s'en éloigner au maximum, par précaution ce devrait être un critère de décision lors d'un achat d'un logement hors centre ville. Au cas où votre habitation se situe en ligne droite visuelle avec l'antenne, en premier lieu plantez des arbres ! Rappelons enfin que les antennes relais en campagne émettent beaucoup plus fortement qu'en centre ville. Par contre elles sont beaucoup plus nombreuses en ville, à émettre leurs fréquences 2G, 3G, 4G et bientôt 5G ! Sortez couverts !! Pour les habitations, il existe des tissus, des toiles (comme des moustiquaires), voire des peintures qui permettent une très forte atténuation de ces champs pénétrants. Il est ainsi possible de se protéger localement de ces ondes
Mesures Autour Antenne
VOUS HABITEZ PRES D'UNE ANTENNE RELAIS, VOUS AVEZ UN DOUTE SUR SA NOCIVITE POTENTIELLE? N'hésitez pas, contactez nous au : http://pollution-électromagnétique.fr/contact

 

ImprimerE-mail

Qualité de l'air : les ions négatifs

Mauvaise qualite de notre aie interieur

Mauvaise qualité de notre air intérieur

Les ions négatifs, malgré leur nom peu engageant, sont positifs pour la santé !

Personne n'ignore l'importance de la qualité de l'air sur notre santé. Dans l'air extérieur les quatre polluants principaux sont le dioxyde d'azote, le monoxyde de carbone, l'ozone et les particules fines.

Les particules fines sont les plus dangereuses, car elles pénètrent facilement dans les voies respiratoires, et les maux qu'elles peuvent provoquer sont multiples (bronchite, asthme, cancer du poumon....).

Vous pouvez d'ailleurs vérifier en temps quasi-réel la qualité de votre air dans les grandes villes sur ce site : http://www.atmo-france.org/fr/index.php?/200804119/carte-des-aasqa/id-menu-237.html.

Types de polluants

Nos habitations ne sont pas exemptes de pollution de l'air, d'une part par la pollution provenant de l'extérieur, mais également par les produits intérieurs. Ainsi, on recense dans notre air intérieur :

  • des polluants biologiques : bactéries, virus, moisissures;
  • des polluants chimiques : monoxyde de carbone, composés organiques volatils provenant des peintures, parfums...;
  • des particules et des fibres : fumées, suie, pollens, spores et fibres de cellulose, chanvre, amiante, laine de verre.. ;
  • des gaz radioactifs : notamment le radon (deuxième cause du cancer du poumon après le tabac);
  • le tabac.

La mauvaise qualité de l'air intérieur est source de dégradation de la santé à plus ou moins long terme. Selon l'observatoire de la qualité de l'air intérieur, les français perdent en moyenne 9 mois d'espérance de vie à cause de l'air pollué des habitations.

La pollution intérieure de nos habitations est donc notamment caractérisée par la présence de particules de plus ou moins gros diamètre.

Les "macro-polluants" dont le diamètre dépasse souvent le micromètre (μm), tombent naturellement au sol en raison de leur poids.

Par contre les "micro-polluants", d'un diamètre inférieur à 1μm, restent en suspension et peuvent gagner sans problème nos alvéoles pulmonaires. Il est très difficile d'éliminer ces micro-polluants, en tout cas surtout pas en ouvrant la fenêtre lorsque l'on habite en ville dans une rue très fréquentée par la circulation (le résultat est pire !).

Macro Polluants

Macro et micro-polluants - Aspect électronique

Ces micro-polluants sont réputés être électriquement chargés positivement, ce sont des ions "positifs". En effet, c'est un phénomène lié à la nature électronique des molécules qui composent notre atmosphère.

Pour résumer, notre atmosphère est composée à 80% d'azote bi-moléculaire (N2) et 19% d'oxygène (O2), le 1% restant étant constitué de gaz divers... Or, ces deux gaz (Azote et oxygène) ont des comportements électroniques tout à fait différents.

L'atome d'oxygène est constitué par un noyau (à charge positive) contenant 8 protons et 8 neutrons, et il est entouré par 8 électrons (à charge négative) qui gravitent en permanence autour de lui. L'atome d'oxygène est rarement seul, il s'associe à un autre atome d'oxygène pour donner la molécule de di-oxygène (O2).

Oxygene

L'oxygène est friand d'électrons (électron chargé négativement donc), il capte les électrons disponibles dans l'air. De ce fait, il devient un ion négatif. Cet ion est assez stable et a une longue durée de vie (à l'échelle de temps des atomes...!).

Cet ion est chargé négativement. Or, la surface de la terre est également chargée négativement, donc la tendance de cet ion est de s'éloigner de la surface terrestre pour les hauteurs atmosphériques (ce sont les orages qui rétablissent les charges négatives au sol). "L'électricité statique" augmente lorsque les charges positives sont très dominantes.

L'ion oxygène négatif a donc une tendance naturelle à se raréfier !

Oxygene 1

Par contre, son compère atmosphérique, l'azote, a un comportement inverse. Il a une aptitude à facilement se débarrasser d'un électron, il est ainsi ionisé positivement. De fait étant chargé, il s'associe alors avec d'autres molécules, notamment les molécules fixées sur les diverses poussières... L'air ambiant de nos intérieurs a donc tendance à se décharger des ions négatifs, au profit des ions positifs.

L'intérêt des ions négatifs est qu'il vont, lorsqu'ils sont présents, neutraliser les charges électriques positives en présence. Ainsi les ions négatifs font "tomber" les particules au sol en les neutralisant, assainissant l'air ambiant de ses poussières.

La qualité de l'air ambiant peut donc être caractérisée par la concentration en ions positifs. Cependant nos habitations ne sont pas aptes à générer ces ions positifs, pour cela il est nécessaire de se promener en forêts, en montagne, près des cascades...

Les études sur le sujet ont permis de définir le "seuil de salubrité" autour de 1500 ions négatifs par cm3 d'air.

Tableau

Améliorer la qualié de l'air ambiant

Comment augmenter la concentration en ions négatifs dans notre air ambiant ?
Au moins deux méthodes sont existantes :

  • la lampe à sel : produit incontournable de la boutique bio ou zen, elle est entourée de vertus diverses dont celle de générer des ions négatifs.
  • le ioniseur :il s'agit d'un générateur électrique d'ions négatifs, qui est basé sur l'application de forts courants électriques sur des petites pointes. L'effet "corona" apparaissant aux pointes, génère ainsi des ions négatifs. L'ioniseur présente cependant le problème de générer de l'ozone (dangereux pour les bronches), toutefois certains modèles, de par leur conception, sont quasi exempts de cette génération d'ozone.
Mesures

Tests et mesures

La vidéo suivante consigne une expérience visant à mesurer la production d'ions négatifs par une lampe à sel et par un ioniseur.

Le résultat est sans appel ; la lampe à sel ne génère quasiment pas (voire pas du tout) d'ions négatifs....

Par contre une lampe à sel, mal branchée, peut générer un champ électrique notable autour d'elle, c'est le double effet : pas d'ions négatifs mais au contraire une dégradation de l'ambiance électro-magnétique..

Contactez nous, via ce site, nous pourrons faire une expertise de l'air ambiant de votre habitation et proposer les meilleures solutions pour votre protection au quotidien.

 

ImprimerE-mail