Electromagnétisme et végétaux

Arbre

L'influence des ondes électro-magnétiques sur les humains et animaux est scientifiquement prouvée, bien que les autorités compétentes se refusent a reconnaître l'existence de cette relation.

La couverture végétale (notamment les arbres) a l'avantage de capter les champs électriques et de les ramener à la terre, ceci permet de se protéger contre les effets d'une ligne haute tension par exemple. Par contre la barrière végétale n'a aucune efficacité contre les champs magnétiques.

Mais en dehors de cette protection efficace, les tissus végétaux exposés à des champs électromagnétiques ne peuvent que réagir et subir eux aussi, ne serait ce que parcequ'ils sont composés d'eau, et que cette eau est physiquement chauffée par les ondes d'une certaine puissance.

L'examen des brevets concernant le domaine de l'action des ondes sur le végétal, permet déjà de constater que les effets des ondes sur les végétaux sont bien connus :

  • ainsi le brevet n° WO 2013/184169 (décembre 2013) décrit l'application de trains d'ondes (15 kHz à 30 kHz) triangulaires et carrées, sur de l'eau contenant des graines. Ce traitement régulier provoque à terme une accélération de la germination de la graine et de sa croissance;
  • le brevet n° WO 2015/093509 montre comment une application de micro-ondes sur une surface de feuilles carencée en lumière permet de retrouver une activité photosynthétique normale;
  • le brevet EP2789225 (2014) expose comment améliorer physiologiquement et entomologiquement (résistance aux insectes) la croissance des plantes en appliquant un stress à base de sons de fréquences inférieures à 400 Hz;
  • le brevet n° WO 2014/132986 (2014) explique comment l'application d'ondes ultra-sonores sur des plantes en cultures (tomates), induit une résistance aux maladies ;
  • le brevet n° 2013/136007 (2013) présente un système de stérilisation des plantes "envahissantes" et "proliférantes" à l'aide de micro-ondes (fréquences comprises entre 500 MHz et 5 GHz). Ce brevet vient en amélioration de brevets plus anciens (WO 2008/057215 - NL 8 900 730 et US 2002/090268);
  • le brevet n° WO 2010/009141 (2010) explique comment moduler l'activité de cellules vivantes (issues d'êtres humains, d'animaux, plantes, insectes ou micro-organismes) à partir d'ultrasons de faible intensité et basse fréquence. Les ondes employées ont une Densité Surfacique de Puissance (DSP) de 10 mW/m2 à 9000 W/m2 pour une fréquence entre 1 MHz et 20 kHz. On note donc que suivant les fréquences utilisées, les effets peuvent être positifs sur la plante (faibles fréquences) ou bien destructeurs (micro-ondes notamment)...
Logo Ab

Un enseignant-chercheur au sein de LASMEA de l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, a travaillé durant plusieurs années sur la physiologie du stress chez les plantes. Il a découvert que les végétaux (des plants de tomates en l'occurence) perçoivent une exposition électromagnétique comparable à celle des téléphones portables (900 mégahertz de fréquence, 33 cm de longueur d'onde, 5 volt/mètre d'amplitude de champ). Ceci quasi-immédiatement, et avec un très faible transfert d'énergie, les plantes réagissent à cette exposition en fabriquant des protéines spécifiques, comme elles le font face à d'autres « agressions » (telle que le contact d'une goutte d'eau froide). Sur le long terme, aucun retard de croissance ni infertilité des graines de tomates n'ont été détecté chez ces plantes.

On peut donc se poser des questions sur l'impact des nombreuses antennes relais (téléphonie notamment) dispersées dans nos campagnes, rayonnants sur les cultures alentours.

Les pratiques culturales extensives sont déjà tout à fait critiquables (monoculture, absence de rotation, pesticides, engrais chimiques...). Si en plus elles sont exposées à des mutations cellulaires possibles par les rayonnements des antennes relais, il est vivement déconseillé de consommer ces produits qui n'ont plus rien de naturel !

La culture biologique constitue un palliatif important contre ces cultures chimiques.

Cependant, sommes nous bien sur que les exploitations maraîchères "bio" sont bien exemptes d'expositions aux ondes électro-magnétiques ?
Sommes nous bien sur qu'un légume "bio", que l'on ingère, n'a pas subi une quelconque mutation cellulaire par le fait d'ondes électro-magnétiques?

Nous réalisons des diagnostics (mesures de champs électromagnétiques) sur des exploitations agricoles en plein champ. Ceci permet de proposer des solutions pour garantir la compatibilité de la culture de ces légumes vis à vis des ondes nocives.
Contactez nous pour un diagnostic :

http://www.pollution-électromagnétique.fr/contact

 

Imprimer